Produits chimiques à usage interne

De quels produits s’agit-il ?
Il s’agit des produits chimiques destinés à consommation interne et en quantité limitée. Il peut s’agir par exemple de flacons de détergent, de bombes aérosol de désodorisant toilette ou de pots de colle. Le monde professionnel regorge de ces produits. Ils représentent autant de dangers potentiels pour les personnes ou l’environnement.
Ce qui suit est destiné à aider le plus grand nombre à voir plus clair et à avoir les bons réflexes. Il n’est pas question ici d’entrer dans une complexité nécessaire pour aborder les problématiques liées à des produits particulièrement actifs ou stockés et utilisé en masse comme il s’en trouve dans l’industrie ou dans certains laboratoires.

1/ Quels dangers ?

Comment savoir si un produit qui pourtant est d’usage courant ou même domestique, représente un risque ? Il suffit d’examiner l’étiquette.

1.1/ Les pictogrammes

Les pictogrammes carrés de couleur orange donnent de précieuses indications. Ils sont désormais remplacés par de nouveaux (losanges blancs bordés de rouge). Néanmoins, les anciens sont encore très courants.

Les anciens :

Les nouveaux :

1.2/ Les étiquettes

Les étiquettes contiennent de nombreuses informations et conseils de prudence :

1.3/ Les fiches de données de sécurité (FDS)

Pour faire simple, chaque fois qu’un produit comporte un pictogramme de danger, l’employeur doit détenir la fiche de données de sécurité qui s’y rapporte. Cette fiche est fournie gratuitement par le vendeur du produit. Elle est rédigée en français et comporte 16 points normalisés :
1. L’identification du produit chimique et de la personne, physique ou morale, responsable de la mise sur le marché
2. L’identification des dangers.
3. Les informations sur les composants, notamment leur concentration, nécessaires à l’appréciation des risques.
4. La description des premiers secours à porter en cas d’urgence.
5. Les mesures de lutte contre l’incendie.
6. Les mesures à prendre en cas de dispersion accidentelle.
7. Les précautions de stockage, d’emploi et de manipulation.
8. Les procédures de contrôle de l’exposition des travailleurs et les caractéristiques des équipements de protection individuelle adéquats.
9. Les propriétés physiques et chimiques
10. La stabilité du produit et sa réactivité.
11. Les informations toxicologiques.
12. Les informations écotoxicologues.
13. Des informations sur les possibilités d’élimination des déchets.
14. Les informations relatives au transport.
15. Les informations réglementaires relatives en particulier au classement et à l’étiquetage du produit.
16. Autres informations disponibles pour à la sécurité ou à la santé des utilisateurs et pour l’environnement.
Dans la pratique, il est souvent plus aisé de se procurer les FDS sur internet en tapant dans un moteur de recherche « FDS nom du produit ».

2/ Les précautions à prendre :

Bien qu’il s’agisse le plus souvent produit grand public (mais pas seulement), l’entreprise doit en raison de l’obligation de résultat de sécurité qui pèse sur elle, prendre des précautions plus importantes que le public. Les responsabilités civiles et pénales sont très présentes dans le monde du travail.

2.1/ Pour le stockage

• Séparer les incompatibles :
Certains produits peuvent réagir dangereusement lorsqu’ils se rencontrent. Voici un tableau permettant de savoir ce qu’il faut séparer :

• Prévoir les rétentions :
En cas de fuite, les liquides peuvent s’échapper. Il suffit de placer les flacons sur des plateaux à bords relevés. Les éventuels écoulements accidentels resteront contenus. Le volume de la rétention doit être au moins être égale au volume du plus gros flacon.

• Ne pas transvaser :
Il faut toujours laisser les produits dans leur conditionnement d’origine pour les raisons suivantes :
1/ Il y a un risque d’erreur et d’accident. Exemple : de l’eau de javel dans une bouteille d’eau minérale est bue par une personne non informée.
2/ la matière ou la conception de flacon peut ne pas être adaptée au produit. Par exemple, l’essence et les solvants (acétone, diluants) font fondre certaines bouteilles en plastique.
3/ En changeant de flaconnage, on se prive de l’étiquette d’origine et des informations qu’elle contient. Ces informations peuvent être capitales pour gérer les tout premiers secours en urgence en cas d’accident.

• Ne pas mélanger :
Pour cumuler les effets de certains produits, il peut être tentant de les mélanger ou de les associer. Les propriétés chimiques de certains produit dit ‘’grand public’’ peuvent faire qu’ils puissent réagir de façon tout à fait inattendue lorsqu’ils se trouvent en contact : dégagement de vapeur toxiques, explosion, réaction exogène (dégagement important de chaleur),…

• Ventiler :
Le local ou sont stockés les produits doit être correctement ventilé soit naturellement, soit par un système mécanique (VMC) de façon à évacuer les émanations et éviter les accumulations de produits et limiter les risques. Bien entendu, les flacons sont conservés correctement rebouchés. Dans tous les cas, une odeur très marquée doit attirer l’attention.

• Lutter contre le « ça peut toujours servir » :
Le plus souvent les produits ont des dates limites d’utilisation au-delà desquelles, dans le meilleur des cas, ils perdent leur efficacité et dans le pire, se dégradent en produits présentant plus de risque qu’initialement.
Savoir se débarrasser des produits devenus inutiles ou périmés contribue fortement à limiter les sources de risque.

2.2/ des FDS accessibles

La fiche doit être facilement accessible doit être communiquée aux secours en cas d’accident ou d’intoxication afin de guider leur action. L’idéal est de l’afficher à proximité du stockage ou du lieu d’utilisation.
La plus large information doit être faite sur cet affichage pour deux raisons :
• Inciter à la lecture de la FSD
• Savoir où elle se trouve pour pouvoir la communiquer si besoin.

3/ les quantités importantes : ICPE

Pour bien des produits dont l’usage est très répandu mais qui présentent un risque pour la santé ou l’environnement, les règles de stockage, d’utilisation et d’élimination sont très règlementées au-delà d’une certaine quantité détenue dans l’ensemble de l’établissement. S’applique alors les règlementations des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE). Le seuil d’assujettissement est variable en fonction du produit (exemple : 1m3 d’éther). Les contraintes sont alors extrêmement fortes. Elles touchent différents aspects : le contrôle des accès, les règles concernant des travaux, les règles de construction vis-à-vis du risque incendie, la gestion des déchets de l’établissement et bien d’autres contraintes encore. Pour cette raison-là aussi, une entreprise a tout intérêt à substituer un produit à risque par une substance peu ou moins dangereuse et, surtout, à limiter les stocks au minimum absolument nécessaire.

4/ Que faire en cas de … ?

4.1/ En cas d’utilisation d’un produit dangereux

Il faut prendre le temps de bien lire l’étiquette et la FDS. Puis, il est incontournable d’utiliser le produit en suivant les précautions d’emploi mentionnées et en se protégeant si besoin selon les préconisations (gants, masques, lunettes, vêtements, protection respiratoire,…).

4.2/ En cas de doutes

Ces doutes peuvent se manifester lorsque l’on est en contact prolongé avec un produit. Il ne s’agit pas d’une intoxication aigüe mais de troubles qui s’accroissent au fur et à mesure de l’exposition au produit. Il ne faut pas hésiter à en parler avec un médecin. Le médecin du travail est plus à même que ses confrères médecins de ville pour appréhender des notions telles que la valeur limite d’exposition, la règlementation du travail et à mener certaines investigations dans l’entreprise (mesures, prélèvement, listes des produits présents). Ses conclusions peuvent permettre de guider l’action du chef d’établissement et être utiles à la préservation de la santé d’autres salariés.

4.3/ En cas d’intoxication avérée ou suspectée

Appeler les secours : FDS ou flacon à portée de main (protégée par un gant), appeler le 15. Le médecin régulateur après avoir demandé un certain nombre d’informations sur le produit et après avoir analysé la situation, donnera des directives claires dans l’attente de l’arrivée des secours et/ou mettra en relation avec le centre antipoison.

Formations en santé et sécurité au travail
Etre épaulé en santé et sécurité au travail
Formations en environnement
Etre épaulé en environnement

Nous pouvons vous aider sur ces sujets. Contactez-nous…
Demande d’information gratuite
.